Non-cumul d'indemnités

Le cumul de mandats se porterait moins bien si l'on interdisait tout cumul d’indemnités : une seule par personne, quelles que soient les fonctions assurées.

Nous proposons également d'en finir avec cette pratique discriminatoire qui rémunère davantage les élus des grandes villes au détriment des petites : qui peut croire que les uns auraient plus de travail que les autres ?

+ Tous les responsables des exécutifs (maire, président) devraient percevoir la même indemnité : par exemple trois fois la valeur du SMIC (la référence au SMIC semblerait judicieuse). 

+ La même indemnité pour tous les vice-présidents et adjoints : deux fois la valeur du SMIC. 

+ La même indemnité pour les autres conseillers, une fois la valeur du SMIC. 

Pour l’ensemble des élus : le remboursement de leurs frais réels, dans la limite de plafonds, comme c’est le cas des salariés du secteur privé. 

Qu'en pensez-vous ?

Christian Proust

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    René Sens (vendredi, 29 décembre 2017 14:29)

    Bonjour,
    je suis d'accord sur le fond de la proposition, par contre je pense qu'il faut plus que le smic pour encourager les gens à faire de la politique. Je dirais 1,5 smic pour les plus bas dans la hiérarchie.

  • #2

    Christian Proust (dimanche, 31 décembre 2017 12:26)

    Je vous remercie de votre commentaire judicieux.

  • #3

    jean-pierre.hallier@sfr.fr (jeudi, 08 mars 2018 15:15)

    Bonjour,
    Comme la lecture brève que je viens de faire de votre blog est rafraichissante et porteuse d'espoir. Il me semble que votre analyse est pleine de bon sens et vise à utiliser au mieux l'argent publique. En ce qui concerne le cumul des mandats et des indemnités, une caractéristique de notre système politique sur lequel je me suis penché depuis quelques années, cela m'a amené à forger deux acronymes ceux de P2C et de P3C. Le P2C est le Politique Carriériste Cumulard et le P3C un P2C qui en plus est Corrompu (loin de moi l'idée d'accréditer qu'ils le sont tous...). Mais, je crois fermement que la multiplication des P2C et P3C, une possibilité offerte par notre système politique - mise en place par ces mêmes P2C - c'est la cause première de la lente dégradation des différents piliers de l'Etat et au final une maigre performance de l'économie française. Aussi, je regrette beaucoup, comme vous, le mot "identique" employé dans le projet de loi que vous mentionnez... Ne sortirons-nous donc jamais des petits arrangements entre amis politiques ? Je désespère...
    Cordialement.
    JP Hallier