Fin du cumul des mandats ?

Escroquerie !

Mise à jour du chapitre 2 (29/01/2017)

En avant-propos du Guide, puis au chapitre 2, je souhaitais que "la politique ne soit plus un métier, car quand on vit de la politique, on n’en fait plus..." Ces élus qui font carrière sont, de mon point de vue, une des principales raisons de l'asphyxie démocratique.

Lorsque j'ai entendu le candidat Macron répéter tout au long de sa campagne électorale que "la politique n'est pas un métier, c'est une mission", je me suis mis à espérer. Une mission est, par définition, à durée déterminée. Donc, ce serait bientôt la fin du cumul des mandats ? J'attendais avec impatience la présentation du projet de "loi de moralisation de la politique". Il s'est finalement appelé le projet de "loi pour la confiance dans notre vie démocratique", présenté par le ministre de la Justice le 1er juin 2017.

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir qu'il serait désormais "interdit d’effectuer plus de trois mandats identiques et consécutifs, interdiction qui doit s’appliquer aux députés, aux sénateurs, ainsi qu’aux élus des grands exécutifs locaux".

 En clair ? Vous pourrez faire trois mandats de maire, PLUS trois mandats de député, PLUS trois mandats de président de conseil régional, PLUS trois mandats de sénateurs etc. Nous voyons déjà venir les "petits arrangements entre amis" pour continuer à "exercer le métier de politicien"...

 

La loi a finalement été votée le 9 août 2017 et elle a tout bonnement fait disparaitre toute mention concernant le cumul dans le temps... dans l’attente d’une révision constitutionnelle.

Les polititiens de carrière ont encore de beaux jours devant eux... Pour faire une réforme constitutionnelle, il faut réunir le Congrès (députés et sénateurs) et obtenir une majorité des trois cinquième.

A moins qu'un referendum soit organisé sur ce sujet...